Get Adobe Flash player

Identification

Qui est en ligne

 FDF 20142

Méjannes le Clap est un village semblable à bien d'autre, isolé sur un petit plateau du Gard, séparé par quelques dizaines de kilomètres de grosses agglomérations tel qu'Alès et Bagnols sur Cèze.

Cette petite commune possède cependant une particularité. En effet, le conseil général du Gard, il y a quelques années, avait jeté son dévolu sur la localité afin d'en faire un pôle touristique permettant de promouvoir l'accueil gardois.

Soucieux de préserver la commune des morsures des flammes et conscient de l’éloignement des centres de secours de BARJAC, BAGNOLS, ALES et UZES, c’est en 1976 que le conseil municipal de Méjannes le Clap sollicite la création d’un corps de sapeurs pompiers volontaires. De ce fait, le 25 avril 1977, Monsieur le Préfet du GARD, après consultation des administrations concernées prononce la création  à compter du 1er février 1977 d’un corps de sapeurs pompiers volontaires de première intervention à Méjannes le clap (C.P.I.). L’encadrement et l’effectif théorique maximum de ce corps sont fixés à 1 adjudant-Chef, 3 sous-officiers et 11 caporaux et sapeurs

 A cette époque il a fallu battre le rappel de tous les hommes valides et volontaires «  d’office »  car la population de la commune  atteignait péniblement 50 habitants permanents.  Le matériel en dotation était, alors, composé  d’un CCF (Camion Citerne pour la lutte contre les Feux de forêts) Renault de type TP3 et 15 battes à feux.

En 1980, le conseil municipal décide la construction d’une caserne comprenant une remise pour 2 véhicules (2 travées), des locaux administratifs, W.C. douches, salle d’instruction, un coin repas et un appartement de fonction. Le centre de secours prend, désormais, possession de ses murs définitifs.

En 1989, la nouvelle municipalité et plus particulièrement le Maire, Henry BEAU, assisté du nouveau secrétaire de mairie Patrick LONG, insistent pour que M. Jean-Louis GOMARD, désigné Chef de Corps, se charge de réorganiser le CPI tombé en sommeil depuis 1983.Le Caporal Chef, Christian ESNAULT (Désormais retraité)  s’implique également dans ce projet. Une poignée de jeunes célibataires et pères de famille répondait présent rapidement. Le corps fut reconstitué avec 18 Sapeurs et un médecin généraliste.

Avec l’aide du Capitaine PAGES, Chef de corps du CSP de Bagnols sur Cèze le parc véhicule s’étoffe d’un CCF MERCEDES UNIMOG 416 et d’une VL (Véhicule de Liaison). 6 volontaires se regroupent et, à leur frais, avec l’aide de l’auto-école DAUMET à Ales, passent leur permis poids lourd.

La commune finance les frais de fonctionnement de la caserne. Avec l’accord des sapeurs pompiers, elle convertit en dotation d’équipement les vacations horaires pour acheter 10 vestes de cuir,  des échelles etc… Le SDIS met à disposition et entretien  les véhicules et paie les vacations horaires des sapeurs pour  les interventions  hors commune.

A cette époque,  l’activité du CPI se limite à des interventions de feux de forêt. Quelques incendies sont à déplorer sur la commune et les alentours. Ils ravagent une centaine d’hectares de garrigues. Sont concernés entre-autre : feu du « matte-Aglans », feu de l’aven des camelié qui se  propage sur les hauteurs du hameau de la Lèque, feu en bordure du RD 167 lieu dit l’Avencous , feu au sud de la Halle des sports de méjannes le clap. Cette période assoie définitivement la présence du centre de secours sur le plateau lussanais.

Chaque été, les sapeurs pompiers de « Méjannes » se mobilisent afin de participer à la campagne  feux de forêt de l’année. Ils participent quotidiennement au dispositif de lutte départemental par le biais des «groupes d’intervention» (GI). Conscient des difficultés ressenties par les sapeurs pour assurer la sécurité des personnes du site touristique de la commune et sous la pression des élus, Le Lieutenant-colonel MERCIER, Directeur Départemental du SDIS du Gard affectera pour la première fois, pour une manifestation publique du 23 au 25 mai 1992 un VSAB (Véhicule de Secours aux Asphyxiés et aux Blessés) au CPI à titre provisoire.


 En 1996, sera engagé comme « Chef de Corps du CPI de MEJANNES LE CLAP », actuel Chef de centre, le Capitaine Christian BANIDES qui va donner une nouvelle impulsion au centre de secours.  Un nouveau  rythme fut imprimé, une nouvelle approche des secours tournée vers le professionnalisme dans l’intervention fut demandée, réclamant plus de formation. Le Capitaine sollicite et obtient plus de moyens et de véhicules auprès du SDIS. Affectation d’un VSAB, d’une VLHR (Véhicule de Liaison Hors Route) et d’un CCF neuf de type MERCEDES U 1500 au début des années 2000. Même si le  niveau d’exigence s’est alors considérablement élevé durant cette période,  l’esprit de camaraderie et de solidarité domine. Le CPI  connaît une embellie…

Dans le cadre du processus de départementalisation des services incendies, le 12 décembre 2000, le conseil municipal de Méjannes le clap  demande le rattachement du CPI au corps départemental du GARD  qui prendra effet le 1er janvier 2001. A partir de cette période, le centre de secours se posera sur des « rails » le conduisant jusqu’à nos jours. La montée en puissance continuera de façon plus régulière.

A l'heure actuelle, l'effectif du centre avoisine désormais 50 Sapeurs Pompiers volontaires. Certains ayant des origines militaires telles que la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris et le Bataillon des Marins Pompiers de Marseille pour ne nommer qu'eux. D'autres également sont Pompiers professionnels dans d'autres centres de secours.

Bien entendu, le parc véhicule a suivi cette évolution en s'étoffant de nombreux engins. Désormais, le centre de secours de Méjannes le Clap se compose d'un V.S.A.V. (Véhicule de Secours et d'Assistance aux Victimes), de 2 C.C.F. d'un V.P.I. (Véhicule de Première Intervention), d'un V.T.U. (Véhicule de Transport Utilitaire), d'une V.L.H.R. et, pour finir, 2 véhicules légers.